Rechercher

Mon aîné fait le bébé !

D’un coup, il s’est mis à avoir des comportements de petits, à redevenir un bébé… comme son frère. Moi qui étais contente qu’il soit autonome, puisse m’aider dans certaines tâches … je me retrouvais avec un grand garçon qui parlait comme un bébé, pleurait comme un bébé, demandait que je l’habille, demandait que je lui donne à manger comme à son petit frère !


Je me suis alors demandé quel était l’objectif de son comportement ? Selon moi, il cherchait à ce que je m’occupe de lui comme je le faisais avec son petit frère. Il cherchait à avoir mon attention par tous les moyens mais surtout il ne savait pas trop s’il était encore un petit enfant ou un jeune garçon et ce qui était le plus confortable pour lui.


Lorsque j’ai compris cela (évidemment grâce à une discussion avec une autre maman ce que je t’encourage à faire lorsque tu es perdue), j’ai pu mettre des choses en place pour l’aider à comprendre qu’être le grand, ne signifiait pas juste devoir débarrasser la table !


Les privilèges de grand

Nous avons alors instauré des privilèges de grand pour l’aider à comprendre ce que cela implique de grandir et que c’est cool. Chez nous, les enfants ne regardent la télévision que le weekend. Nous avons proposé à notre aîné de coucher son frère plus tôt que lui et de regarder quelque chose ‘de grand’ avec nous. Une émission plutôt qu’un dessin animé, quelque chose qui nous plaisait à nous adultes aussi. Je peux te dire que l’effet a été immédiat ! Qu’il était fier d’être encore réveillé alors que son frère dormait et content de passer un moment seul avec nous.


Relève les choses que tu lui laisses faire seul

N’hésite pas à insister sur les comportements ou les activités qu’il peut faire parce qu’il est grand et que son frère ou sa sœur n’est pas autorisée à faire. Cela l’aidera à se rendre compte qu’il ne doit pas avoir les mêmes comportements que son cadet.


Organise un ‘rite de passage’

Les rites de passage de certaines cultures permettent à l’enfant de savoir exactement à quel moment il passe un cap et grandit. On parle souvent du passage en première primaire avec l’achat d’un ‘vrai’ cartable mais est-ce suffisant ? Tu peux imaginer un rituel, une fête un peu plus spéciale, une tradition que tu instaures, … Demandes à tes amies quelles sont les traditions dans leurs familles.



J’ai, par exemple, une amie dont le fils est parti sous tente pour la première fois avant d’enter en primaire. Une autre dont la tradition est d’offrir une bague aux 14 ans de la jeune fille. L’institutrice de mon aîné offre un permis stylo. Une petite attention mais qui marque le fait qu’il n’est plus dans la période de jeune enfant.


Laisses lui plus d’autonomie

À force d’être derrière lui et de faire à sa place, tu ne lui permets pas de se rendre compte qu’il est capable d’accomplir certaines tâches. Non seulement il ne va pas se rendre compte qu’il est grand mais en plus, tu risques de diminuer sa confiance en lui et en ses capacités à réaliser des choses.


Donne-lui des responsabilités

Sentir que l’on compte sur lui pour une tâche est extrêmement gratifiant pour ton enfant et cela lui montre qu’il a une place d’aidant et non d’assisté. Une place d’adulte en devenir. Saute sur l’occasion lorsqu’une nouvelle tâche récurrente se présente à toi et peut être réalisée par ton aîné.


Chez moi, c’est à mon aîné que revient la tâche de donner sa pâtée au chat. S’il oublie, le chat a ses croquettes donc la conséquence n’est pas dramatique... Mais en plus d’avoir une tâche à réaliser, s’il oublie, cela lui permet d’apprendre d’autres compétences comme l’empathie envers un animal. Tu peux, si tu en as la possibilité et qu’il aime cela, lui proposer un bac de jardinage rien qu’à lui. Il pourra choisir les graines/bulbes à planter et aura son petit coin à lui dont il doit s’occuper.


Laisse-le faire des choix ET les assumer

J’en convient, ce n’est pas facile du tout surtout lorsqu’on connaît la conséquence. Mais c’est ce qui va lui permettre de se rendre compte que son comportement, son choix amène une suite logique d’événements. Plutôt que d’anticiper et de réparer à sa place (parfois même anticipativement), permet-lui d’apprendre par le vécu. C’est la meilleure manière de lui faire intégrer une capacité de réflexion sur ses actes. Bien sûr, si la conséquence est vraiment catastrophique, parles en avec lui avant qu'il ne commette un acte irréversible.


Il est normal pour l’enfant de chercher les limites, d’essayer de trouver sa place et d’avoir besoin d’être aiguillé quant à celle-ci. Mais il est aussi de ta responsabilité de le laisser grandir et trouver sa place en lui permettant de réaliser des choses ‘de grand’ même si tu aimerais qu’il soit toujours ton bébé adoré 😉



12 vues0 commentaire